L’espionnage au travail : Une angoisse pour les salariés !

Note: 4.00 1 votes
L’espionnage au travail : Une angoisse pour les salariés !

Avec l’apogée des technologies mobile et la progression fulgurante des logiciels espions en entreprise, de plus en plus de salariés se sentent traqués et épiés par leurs employeurs. Mais faut-il réellement avoir peur de cette surveillance et quelles sont les règles légales en la matière ? Zoom sur ce facteur de stress au travail de plus en plus commun et sur la réalité de la situation.

 

Les logiciels espions au travail : Qu’est-ce que c’est ?

Tout d’abord, faisons le point sur ce en quoi consistent réellement les logiciels espions utilisés dans le cadre professionnel. De la même manière que certaines entreprises équipaient auparavant leurs véhicules de fonction de trackers GPS permettant de suivre les déplacements de leurs commerciaux ou encore aujourd’hui de leurs chauffeurs ou livreurs, de plus en plus de sociétés vont désormais plus loin en installant des logiciels de surveillance, également appelés logiciels espions sur les appareils utilisés par leurs salariés comme les ordinateurs et téléphones portables.

Ces logiciels permettent ainsi à l’employeur ou à la société de surveille toutes les données du téléphone ou de l’ordinateur en question, à distance et en direct. Cela concerne notamment la géolocalisation et les déplacements mais pas uniquement. En effet, ces logiciels espions vont plus loin et permettent la consultation des appels, des sms et mms échangés, de la boite email ou encore des photos et vidéo, des consultations de sites web ou l’utilisation d’applications de réseau social.

Cela peut bien entendu effrayer certains employés qui crient au scandale et craignent que leur vie privée ne soit exposée dans le cadre professionnel ou que certaines informations soient utilisées contre eux à leur insu.

 

Que dit la loi à propos des logiciels espions au travail :

La loi française en matière de protection de la vie privée est heureusement là pour remettre les pendules à l’heure et ainsi demander aux employeurs de faire une utilisation strictement légale des logiciels espions sur le marché.

Premièrement, il est important de rappeler que ce type de logiciel ne peut être installé sur un téléphone portable ou tout autre appareil à partir du moment où celui-ci ainsi que la ligne qui y est associée est au nom de l’entreprise. Il est donc strictement interdit d’espionner le téléphone portable personnel d’un employé. A partir de ce constat, la plupart des entreprises se protègent en arguant que l’utilisation de ces appareils ne doit,  en toute logique, n’être que professionnelle et que les salariés ne sont donc pas censés y effectuer des échanges personnels. Mais dans la réalité, les choses se passent souvent différemment. En effet, qui n’a pas un jour utilisé son téléphone ou sa boite email professionnel pour envoyer un sms ou un courriel  à titre personnel ?

D’un point de vue strictement légal, les entreprises sont en réalité en droit d’accéder à tous les messages échangés à partir d’une boite email professionnelle ou d’un appareil de fonction à condition que ces messages ne présentent pas la mention « personnel ». Si vous souhaitez éviter cette intrusion dans votre vie privée, n’oubliez pas de faire apparaitre cette mention.

D’autre part, sachez que votre employeur n’a aucunement le droit de vous surveiller à votre insu. Ainsi, avant de vous fournir un appareil équipé d’un logiciel espion, votre entreprise doit vous en informer par écrit et vous devez signer ce document afin de donner votre consentement. Ce document doit bien entendu préciser l’ensemble des données qui sont susceptibles d’être consultées et donc espionnées par l’entreprise comme les appels, emails, sms, photos etc.. Pensez à bien lire ce document avant de le signer. Si vous refusez de signer ce document, l’entreprise ne peut en aucun cas vous l’imposer ni vous licencier mais peut tout simplement vous refuser l’accès au matériel.

 

Finalement, faut-il avoir peur de l’espionnage au travail ?

Comme nous venons de le voir, l’utilisation des logiciels espions dans un cadre professionnel est une réalité mais est également une pratique très encadrée par la loi française en matière de vie privée. Bien que certains chefs d’entreprises peuvent avoir une utilisation abusive de cette technologie en n’avertissant pas leurs salariés ou en trackant des données à caractère personnel, ils s’exposent à des poursuites légales en procédant de cette manière.

Si vous avez peur d’être surveillé par votre entreprise, pensez tout simplement à utiliser les appareils mis à votre disposition dans le cadre strictement professionnel dans lequel vous êtes censé le faire ou de mentionner le mot « personnel » dans les courriels et messages que vous souhaitez garder pour vous.

Bien entendu, si vous vous apercevez que l’entreprise qui vous emploie a installé un logiciel espion sur votre appareil professionnel sans vous en avertir, vous avez la possibilité de porter plainte et de poursuivre votre employeur en justice.

Notons également ici que les logiciels espions ne présentent pas de danger majeur en ce qui concerne vos informations sensibles comme vos codes de carte bancaire par exemple. Ils ne servent en effet principalement qu’à surveiller les échanges et déplacements effectués par l’appareil surveillé.

Enfin, sachez que les données personnelles recueillies par le biais de l’espionnage d’un appareil même professionnel ne pourront en aucun cas être utilisées contre vous si elles relèvent de votre vie privée et ne portent pas préjudice à l’entreprise. De la même manière, les données relevées par ce biais et sans information et accord préalable de votre part quant à la présence d’un tel logiciel ne seront pas recevable devant un tribunal si vous saisissez les prud’homme.

Si vous avez le moindre doute quant à l’espionnage ou à la surveillance de vos appareils par votre hiérarchie, n’hésitez pas à demander conseil à un représentant syndical de votre entreprise qui saura faire la lumière sur les pratique de celle-ci et vous aidera en cas de litige.